top of page
Réalisé par Antoine Paley
Ecrit par Naïma Hebrail Kidjo


Productrices:
Iman Perez, Buffalo Films
Productrice Associée - Naïma Hebrail Kidjo
'Executive Producer '- S. Epatha Merkerson
Un court-métrage d'après les vies de Jeanne Duval & Charles Baudelaire

JEANNE

ACTUALITÉS:
Félicitations à toute l'équipe de Jeanne à l'occasion de leur première au New York African Film Festival
au Lincoln Center!
Jeanne_V7_FR_HD_center low.jpg
Jeanne_Still_79.png

INFOS CLÉS

GENRE & THEMES

Historique, Drame, Amour

DURÉE DU FILM

12 minutes 35 secondes

SOCIÉTÉ DE PRODUCTION

Buffalo Films

LIEU DE TOURNAGE

France

FORMAT IMAGE

2.39:1

FORMAT AUDIO

Advanced Audio Technology

TYPE DE FILM

Court-métrage

Français

VERSION ORIGINALE

2023

ANNÉE DE TOURNAGE

FORMAT DE PROJECTION

DCP

LANGUE

Français

SOUS-TITRES

Anglais

Jeanne_Still_35.png

IMAGES

BANDE ANNONCE

PHOTO-2024-03-19-10-37-35.jpg

Productrice

Iman Perez

Naïma Hebrail Kidjo.jpg

Scénariste

Naïma Hebrail Kidjo

apaley_photo_550_550.jpg

Réalisateur

Antoine Paley

IMG_7901 copy.png

Executive Producer

S. Epatha Merkerson

Jeanne_Still_89.png

L'ÉQUIPE

TÉLÉCHARGER NOTRE EPK ICI:

DEMANDER UNE COPIE DU FILM:

CONTINUER À LIRE POUR L'HISTOIRE DU FILM:

Jeanne_Still_52.png

L'HISTOIRE

27 avril 1842 : une journée dans la vie de Jeanne Duval et Charles Baudelaire.

Au sein de leur appartement parisien, Jeanne mémorise Othello et Charles écrit des poèmes sur Jeanne. Mais au fil de la journée, le poids des paroles et des besoins de Charles devient de plus en plus difficile à supporter pour Jeanne.

Lorsque Charles revient d’une course avec la nouvelle que l’esclavage est aboli mais détourne ce moment historique pour exiger encore plus de Jeanne, elle craque et trouve une nouvelle force dans sa colère. Le refus de Jeanne à rester effacée resonne à travers le temps, comme en démontre sa réapparition le tableau emblématique de Courbet, « L'Atelier du Peintre ».
L'Atelier du peintre (1855)
G. Courbet
Zoom sur la silhouette de Jeanne qui se dessine derrière Baudelaire. Elle réapparait sur le tableau, 169 ans après en avoir été effacée.
Still de Jeanne
'La maîtresse de Baudelaire' (1862)
E. Manet
Nous avons cherché à infuser notre film de poésie et de peinture. La beauté qui découle de l’alliance de ces trois médiums souligne la thématique de la cage dorée qui emprisonne Jeanne.
Elle est immortalisée par l’art mais effacée dans sa vie.

La Vraie Jeanne Duval

Jeanne Duval est une actrice métisse ayant vécu en France au XIXème siècle. Supposément née à Haïti vers 1821, elle rencontre le poète français Charles Baudelaire en 1842 à Paris. Ils tombent éperdument amoureux et la force de cet amour résonne encore aujourd’hui.

Jeanne est tissée dans la vie de Baudelaire, dans son œuvre, et est au cœur de son imagerie poétique. Bien que leur relation tumultueuse et passionnée ait été méprisée à leur époque du fait, notamment, du métissage de Jeanne, leur amour perdure tout au long de leurs vies. On aperçoit Jeanne parmi les vers de Baudelaire – ses cheveux, sa peau, ses « yeux profonds si fervents et si tendres »[1]… Ainsi, la silhouette remarquable de Jeanne prend forme dans l’ombre de la plume de son amant.

Jeanne a également été représentée sur toile ! Edouard Manet l'a peinte dans « La femme à l'éventail » , aussi connue sous le nom de « la maîtresse de Baudelaire » . Surtout, nous retrouvons Jeanne Duval dans « l’atelier du peintre » de Courbet près de la figure de Baudelaire. À l’époque, Courbet avait effacé le portrait de Jeanne de son tableau. Une cinquantaine d’années plus tard, grâce à l’amincissement des couches de peinture, la silhouette de Jeanne est réapparue dans « L’atelier du peintre » . Ce phénomène de réapparition des premières représentations qu’un artiste a recouvert de nouvelles couches s’appelle un « repentir ».

Malheureusement ce n’est qu’à travers le regard des autres, notamment celui de Baudelaire et les récits de son entourage que l’on

"Celle qui
dévore
les cœurs"
Dessin de Jeanne fait  par Baudelaire

trouve le plus d’informations sur Jeanne Duval. Même des détails apparemment simples, comme la date et le lieu de sa naissance ou de son décès, ne sont pas confirmés. Et dans certains cas l’importance de Jeanne – voire son existence même – dans la vie de Baudelaire a été volontairement effacée. Par exemple,  à la mort de son fils, la mère de Baudelaire a brûlé toutes les lettres que Jeanne lui avait écrites. Malgré tous ces obstacles, la vérité est que Jeanne reste « la seule femme que [Baudelaire] ait jamais aimée »,[2] une femme moderne, passionnée, déterminée et puissante.

Grâce à des recherches approfondies et à une belle dose d’imagination, nous avons tenté de percer le mystère qui se cache derrière le regard masculin que Charles a porté sur Jeanne et d’aller au-delà des ouï-dire afin de dresser un portrait à l’image de la “vraie" Jeanne. Nous espérons ainsi lui rendre un peu de la gloire qui lui est due.

[1] Un Fantôme de Charles Baudelaire

[2] Letter to M Ancelle - June 30 1845 par Charles Baudelaire

Jeanne_Still_13.png

MERCI DE


VOTRE VISITE

bottom of page